Visite éclair sur la Route des Sommets

Partager

final_Piopolis_Marina (FILEminimizer)

C’est sous la grisaille matinale qu’on a levé les voiles pour la région du lac Mégantic avec un objectif simple doublé d’une technique d’exécution un peu nébuleuse : découvrir en une journée un tronçon de la Route des Sommets, une route touristique balisée des Cantons-de-l’Est, avec l’unique plan de rouler sans arrêt jusqu’au village de La Patrie. Nos connaissances de la région étaient assez primitives, mais nos âmes aventurières dominaient clairement ce matin-là. Bien caféinés et chantant à tue-tête la discographie complète des New Kids on the Block (on fait un road trip ou on n’en fait pas!), on a d’abord dévalé les autoroutes, puis rapidement commencé à emprunter les petites routes sinueuses qui tracent si bien le canevas des nombreux lacs et montagnes de cette région du Québec.

final_Paysage1 (FILEminimizer)

Quatre heures de route et un mal de gorge plus tard, on atteignait enfin le petit hameau de La Patrie, point de départ de l’aventure. Notre visite au centre d’informations (trois pancartes jaunies devant l’épicerie du village) fut révélatrice, car pour combler notre seule journée dans le coin, on avait l’opportunité de prendre place aux meilleures tables de la région, de parfaire notre culture en visitant plusieurs fermettes et centres d’interprétation ou de se dégourdir les jambes en explorant montagnes et cours d’eau. C’est en sillonnant un parcours magnifique qu’on a apprécié un panorama pittoresque et qu’on a eu la chance de rencontrer une multitude de gens passionnés.

final_Paysage2 (FILEminimizer)

Montagnes et terroir à Notre-Dame-des-Bois
Notre-Dame-des-Bois était le camp de base idéal pour déposer nos valises et profiter du parc national du Mont-Mégantic. Avec cinq sommets montagneux à conquérir et l’observatoire astronomique, la journée s’annonçait occupée. Malheureusement, si la vue est tout le temps magnifique du haut des montagnes, notre panorama se résumait cette journée-là à la lourde couverture nuageuse. On est donc retournés au village avec la promesse de revenir une autre fois.

final_NotreDameDesBois (FILEminimizer)

Puis, on a par hasard déniché une table chez Le petit resto du terroir, un minuscule et coloré établissement adjacent au gîte Le Vaillantbourg. C’est là que Mélanie, la propriétaire, opère sa magie. Tous ses plats sont préparés avec amour à partir des ingrédients biologiques de son jardin. Elle utilise également les matières premières qu’offre le terroir de la région. Les légumes, fruits et fines herbes qu’elle mitonne savamment pour satisfaire nos bedons sont cultivés dans ses jardins, les Jardins d’Abondance, situés sur un terrain de trois acres acheté lorsque la seule aventure du Vaillantbourg ne lui suffisait plus.

final_resto_terroir_2 (FILEminimizer)

C’est en l’écoutant sagement nous déferler son enthousiasme pour tous ses beaux projets qu’on a dégusté la plus rafraîchissante des gaspachos aux tomates et au melon d’eau, puis qu’on a laissé fondre sur nos langues la plus délicieuse des tartelettes salées aux tomates, gratinée au Tomme des Broussailles. Un café à la cardamome et une limonade maison à la bergamote plus tard, nous avons à regret quitté l’établissement, en route vers notre prochaine découverte.

final_RestoTerroir_1 (FILEminimizer)

Marina, poutine et brocante à Piopolis
Piopolis, un petit village assis sur les berges du lac Mégantic, nous a charmés dès les premiers instants avec sa coquette marina. Si la température maussade nous a empêchés d’aller profiter de l’eau en kayak comme on l’espérait, on n’en a pas moins apprécié le panorama.

Plus tard en après-midi, après s’être égarés dans les dédales poussiéreux de la brocante du coin, la boutique l’Est Passe-Temps, on a visité la cantine du village sur les conseils de Mélanie. À peine entrés, Milenko, un sympathique Yougoslave exilé à Piopolis, nous a gratifiés d’un chaleureux sourire et nous a fait la conversation en nous préparant la meilleure poutine italienne du coin (du monde!). La sauce à la viande tomatée, juste assez piquante et un peu sucrée, enivrait nos papilles à chaque bouchée.

final_Piopolis_Poutine (FILEminimizer)

Weedon et son fromage
Weedon est l’hôte de la fromagerie P’tit Plaisir, une inspirante entreprise familiale de la région, située entre les lacs Louise et Aylmer. Dans une bâtisse qui détonne avec son bleu vibrant, on a savouré les succulents produits issus de la ferme qui est juste de l’autre côté de la rue. Sans agent de conservation, le lait, les fromages et les délices glacés de l’entreprise proviennent d’un seul troupeau laitier. On s’est régalés avec la Meule du barrage, un surprenant fromage cheddar fumé à la texture rappelant celle du tofu ferme, puis avec la Fleur de Weedon, un fromage de type suisse et sans lactose à la pâte assez ferme au doux goût de noisette.

final_Ptit_Plaisir_4 (FILEminimizer)

Direction Montréal
Le crépuscule prenait tranquillement sa place lorsqu’on a mis le cap sur Montréal, avec un coffre de voiture rempli de fromages et un appareil photo débordant de clichés. À l’image de la route effectuée à l’aube, le retour s’est fait sous un ciel gris qui n’a su effacer les sourires imprimés sur nos visages.

///

Texte et photos : Mélissa Moffet

 

Laisser un commentaire