La Martinique à Montréal

Partager

chez-victoire-7-fileminimizer

Texte : Maryse Deraîche
Photo : Sébastien Rioux

Dans le cadre des festivités de Martinique Gourmande, je suis partie à la découverte des établissements participants afin de savourer les plats et les cocktails mis à l’honneur pour l’occasion.

Rien de mieux qu’une crêperie pour bruncher le samedi après-midi, je me suis donc rendue au restaurant Spanel Crêpes & Gourmets pour faire plaisir à mon palais. Le pas de la porte aussitôt franchi, une odeur de sucre caramélisé envahit mes narines et m’installe confortablement dans une ambiance chaude et moelleuse. Installé dans le nouveau quartier Griffintown à Montréal depuis cinq ans, Spanel Crêpes & Gourmets est une mignonne crêperie qui nous fait rêver de la Bretagne. Les murs de la salle à manger sont recouverts d’œuvres d’art et on y trouve des banquettes en bois de style ancien tout à fait charmantes. À l’arrière, un espace extérieur bien aménagé compte moult chauffe-terrasse et des couvertures qui font le plaisir des clients, une initiative qui nous permet d’en profiter jusqu’à ce que les dernières feuilles d’automne tombent. Je m’y suis donc installée…

spanel-2-fileminimizer

Pour le Festival Martinique Gourmande, la chef Estelle a conçu une crêpe inspirée des saveurs des Antilles : La Martiniquaise! Recouverte d’ananas et de bananes caramélisés au beurre salé, aromatisés à la vanille et flambés au rhum… Je me laisse tenter par cette création et salive à l’idée de recevoir mon assiette. Pour me désaltérer, la barmaid m’offre de créer spontanément un cocktail d’inspiration martiniquaise, mais qui inclurait aussi des saveurs d’ailleurs, offre que je m’empresse d’accepter. Ananas, lime, vodka, sirop d’érable, basilic, un cocktail tout en fraîcheur! Le basilic apporte une touche herbacée et rafraîchissante, alors que l’ananas et la lime amènent le soleil de la Martinique dans mon verre.

spanel10-fileminimizer

Quel plaisir que de voir mon assiette s’approcher de moi ornée d’une boule de crème glacée à la vanille! La garniture chaude de la crêpe fait fondre la glace et je laisse même écouler un peu de temps avant de l’entamer afin que la crème coule et imprègne la pâte. L’équilibration des saveurs est parfaite et la texture de la pâte à crêpe est d’une souplesse inouïe. Je ne suis donc pas étonnée d’apprendre que la recette de la pâte est celle de la grand-mère du propriétaire, Yann Bris. Ce mélange de la Martinique, de la Bretagne et du Québec est une belle représentation de la cuisine antillaise qui est une fusion de tous les peuples ayant fait escale sur cette île.

spanel-3-fileminimizerspanel-1-fileminimizer

C’est le ventre plein et le sourire aux lèvres que je me dirige ensuite vers le restaurant Chez Victoire pour le 5 à 7. Situé en plein cœur du Plateau Mont-Royal, Chez Victoire est un restaurant d’inspiration française qui ne manque pas d’affluence. Sindie Goineau, l’une des quatre copropriétaires, m’explique que cela fait déjà plusieurs années que le restaurant participe au festival et que cette participation plaît autant aux clients qu’aux employés. Ce fait m’est rapidement confirmé par David Corbeil, le barman concepteur du Siwoteur, le cocktail créé pour l’événement. David me confie qu’il adore jouer avec les saveurs pour inventer des cocktails originaux et osés et qu’on en retrouve une panoplie en Martinique. Pour lui, le festival représente une occasion de laisser aller son imagination et d’émerveiller les clients avec une œuvre qui en met plein la vue!

chez-victoire-7-fileminimizer chez-victoire-4-fileminimizer spanel-5-fileminimizer

Je m’installe donc au bar pour regarder le collègue de David préparer des Siwoteur, alors qu’il me décompose sa création. Il a utilisé une base de rhum J Bally et lui a ajouté de la liqueur de Galliano, de la purée de mandarine, du jus de lime et un sirop simple aromatisé aux épices colombo, un mélange d’épices typiquement antillais. La boisson est ensuite versée dans un verre rempli de glaces, enjolivé d’une verdure qui rappelle les feuilles du bananier. Au final, David ajoute des tranches de bananes plantain qu’il a fait griller et qu’il a légèrement salées afin de décorer ses verres. Il m’explique qu’en plus d’être très jolies, ces tranches de bananes plantain sont agréables à grignoter et stimulent la soif!

Justement, à force de parler et de regarder la préparation des verres, j’ai la gorge sèche et je suis impatiente de goûter à ce cocktail. Au moment d’y tremper mes lèvres, je suis fébrile et mes attentes sont élevées. Heureusement, elles sont comblées, car le cocktail est tout à fait délicieux! L’utilisation du mélange d’épices colombo est astucieuse, sa force donne du poids au rhum. La vanille contenue dans le Galliano vient, quant à elle, adoucir l’eau-de-vie. À chaque gorgée, mes papilles sont partagées entre force et douceur et à cela s’ajoutent les parfums d’agrumes qui sont complémentaires au rhum, et le rehausse davantage. Visuellement, le cocktail est flamboyant! Les couleurs de la Martinique, la haute feuille nichée dans un coin du verre, la tranche de banane plantain piquée dans un bâtonnet de bambou… L’assemblage est réussi!

À la fin de cette journée, c’est en taxi que j’ai repris le chemin de la maison, l’esprit quelque peu embrouillé et l’estomac rempli des saveurs de la Martinique.

Laisser un commentaire