Les fermes Lufa

Partager

On connaît tous des gens qui aiment clamer haut et fort « moi j’mange juste bio! », et ce, même si ça veut dire acheter des bleuets du Chili et du bœuf de la Nouvelle-Zélande. Peut-être le faisons-nous aussi à l’occasion. Concilier manger bio, local et de saison n’est pas toujours une mince tâche, surtout en ville. Toutefois, il y a une entreprise d’ici qui le permet. Lufa est surtout connue pour ses paniers personnalisables et son marketing à tout casser – par contre, peu de gens connaissent bien ses valeurs et façons de faire novatrices. Au-delà des beaux légumes bios, voilà une toute jeune entreprise d’ici qui a un beau rêve : permettre un approvisionnement alimentaire autosuffisant en plein milieu urbain.

L’agriculture sur toit, version grande échelle
En plein cœur de Montréal se trouve la toute première serre de toit à vocation commerciale du monde. Génial, n’est-ce pas? Les Fermes Lufa ont inauguré leur première serre près du Marché Central il y a 5 ans. Construire une serre de toit peut sembler facile : on a besoin d’une serre et d’un toit, non? Et des toits, il y en a tout plein! En fait, la cofondatrice, Lauren Rathmell, nous explique que c’est toute une affaire. La majeure partie des infrastructures existantes sont conçues pour soutenir une certaine quantité de neige, mais sans plus. Il y a également beaucoup de parties intéressées (ingénieurs, propriétaire de l’immeuble, autorités de réglementation), et beaucoup d’aspects à considérer; il est donc souvent plus facile de construire un immeuble adéquat. C’est pourquoi, en 2013, Lufa donna naissance à une serre encore plus vaste à Laval. On y cultive notamment la tomate ancestrale.

Les serres produisent environ 25 % des produits offerts dans le marché en ligne de Lufa, le reste provenant de divers fermiers partenaires. Lufa nourrit déjà une importante partie de la métropole, mais la jeune entreprise souhaite rejoindre encore plus de familles dans la région du grand Montréal. Parmi ses projets, on compte l’ouverture d’une troisième serre d’ici la fin de l’année. Au menu? Encore plus de vert! On parle aussi d’un réseau de points de cueillette encore plus grand. #onaimeça

Rechercher la dirabilité à tous les niveaux
Chez Lufa, la durabilité est toujours une priorité. Comme la chaleur monte, la construction de serres sur toit permet de réaliser d’importantes économies d’énergie. D’après Lauren, elle permet aussi de tirer parti de terrains existants et d’espaces qui ne servent à rien. De la fibre de noix de coco est utilisée comme base neutre pour remplacer la terre – une pratique qui a entraîné une révolution de l’industrie de la noix de coco en réduisant le gaspillage.

Pour les verdures, tous les nutriments viennent de l’eau, qui est captée, irriguée, recirculée, alouette! sans jamais être évacuée. Dans la serre froide, l’eau pompée par le toit sert aussi à climatiser l’environnement. Les serres sont entièrement automatisées, contrôlées par un programme garantissant que les conditions (température, humidité, lumière) sont toujours optimales pour la croissance des récoltes.

Le contrôle des insectes nuisibles ou porteurs de maladies se fait sans pesticides et insecticides synthétiques ou chimiques; on privilégie la rotation des récoltes et les insectes prédateurs, tâchant de recréer de petits écosystèmes. Ces techniques demandent beaucoup de connaissances et de recherches, mais permettent une culture réellement bio et durable. Les employés de Lufa surveillent aussi attentivement leurs récoltes – l’entreprise a même développé une application interne permettant de compiler des données, de créer des cartes et de déterminer les tendances dans les serres!

Lufa01 (63 of 74) (FILEminimizer)

 

De la serre à l’assiette
Lufa propose certains aliments de base (concombres, tomates, poivrons, verdures) à longueur d’année, tout en offrant cycliquement des aliments au gré des saisons. L’agriculture sur toit offre deux autres grands avantages : l’accessibilité et la FRAÎCHEUR. Pour Lauren, l’idée est de faire pousser des aliments en pleine ville, près des consommateurs, éliminant ainsi le recours aux intermédiaires et distributeurs. Tout, tout, tout dans les serres est cueilli sur commande seulement, et rien n’est conservé au réfrigérateur. Les employés arrivent tôt le matin et cueillent les légumes en fonction des commandes des clients.

À la serre de Laval, les cueilleurs font les récoltes la nuit, à la lampe frontale, pour que les aliments puissent être joints à ceux de la serre de Montréal et acheminés à l’assiette du client le jour même. Pas mal fresh, n’est-ce pas?

La jeune entreprise à croissance fulgurante – qui est passée de quelques centaines de paniers à nourrir plus de 6 000 familles grâce au bouche-à-oreille – s’est adaptée aux commentaires de ses clients pour compléter son offre de produits (notamment en commençant à offrir des produits d’origine animale), devenant ainsi le one-stop shop pour les Lufavores qui aspirent à manger local et bio toute l’année. En faisant affaire avec divers partenaires pour offrir une sélection complète de produits issus de l’agriculture durable et bio et en offrant des paniers personnalisés, Lufa permet aux gens de faire leur épicerie en visitant la section « Le Marché » sur son site Web. Cette section ultra transparente pousse également les gens à lire, à en savoir plus sur la provenance des aliments qu’ils achètent, contribuant ainsi à changer la façon de penser et les habitudes de consommation des Montréalais.

Lufa01 (27 of 74) (FILEminimizer)

En vedette: la bette à carde arc-en-ciel
Quand je suis entrée dans la serre froide de Lufa, qui renferme leurs fameuses verdures, j’ai été frappée par les couleurs vives qui s’ajoutaient au fabuleux vert vif – oh! de la bette à carde arc-en-ciel! On la reconnaît tout de suite grâce à ses grandes et luisantes feuilles vert foncé et tiges allant du jaune au rouge, en passant par le rose fuchsia (saviez-vous que ses racines sont tout aussi colorées?). Il s’agit d’un légume feuillu dont on consomme aussi bien les fabuleuses tiges que les feuilles, crues ou cuites. Elle contient des antioxydants et bon nombre de minéraux et vitamines, comme les vitamines A et K, du fer et du magnésium. Chez Lufa, on la récolte un peu plus tôt que d’habitude, et en plus petites quantités, ce qui permet d’obtenir des feuilles tendres, parfaites pour les salades et sandwichs. Ma recette top secrète? J’utilise les plus grandes feuilles pour envelopper des wraps végétaux à tomber par terre. À essayer!

Pour notre recette de bette à carde marinée.

 

 

Laisser un commentaire