Le monde selon Mérida

Je ne savais pas qu’il était possible être aussi mul- tidisciplinaire. T’sais, Spike Jonze et Xavier Dolan, mettons. Ce sont de réels hommes-orchestres/Transformers de l’image, mais ont-ils toutes les ca- pacités d’un VTT (véhicule tout terrain)?

Mérida Anderson, de son côté, a créé sa ligne de vêtements (lire ici : en période de cataclysme, pour combler le besoin primaire nord-américain de se vêtir), confectionne des colliers (oui, on a tous be- soin de coquetterie) et a même construit sa propre bicyclette, de A à Z. (On s’entend pour dire que ça ne vient pas en kit comme un meuble IKEA.) Mérida est un être profondément humain qui com- pose de la musique, qui dessine, qui maîtrise l’art de la poterie (l’artiste derrière YYY), et qui cui- sine comme un chef. Oups, je voulais dire : qui EST chef, avec son livre de recettes Vegan Secret Supper / La cuisine vegan de Mérida. Chu pas mal sûre que Mérida m’a caché d’autres talents. On appelle ça la modestie…

Hey! C’est fou à quel point ton nom – Mérida Anderson – a de la gueule. Y a-t-il une histoire qui y est rattachée?
Je pense que ma mère était juste au Mexique quand elle était enceinte! Elle a choisi ce nom-là parce qu’elle l’a entendu là-bas. Je trouve ça un peu bizarre parce que mes racines ne sont pas mexicaines… mon héritage est plutôt hollandais!

Et tant qu’à y être, as-tu un film préféré de Wes Anderson, toi?
Ha! Ha! Ha! Hmm, c’est difficile. Je les aime tous. Je vais y aller avec The Royal Tenenbaums!

Mérida, l’équipe de Dînette a eu l’idée de te rencontrer pour son numéro Confetti après avoir remarqué les détails qui se retrouvent sur tes créations de céramique. Ces espèces de confettis – ou peut-être qu’ils n’en sont pas pour toi – font-ils partie de ta signature depuis longtemps?
Avant d’habiter Montréal, quand je vivais à New York, j’aimais beaucoup travailler avec un certain type d’argile dans laquelle il y avait des picots na- turels. À mon arrivée ici, on m’a dit qu’il n’y avait que de la porcelaine au studio. C’était correct un certain temps, mais à un moment donné, je me suis dit : « Hey! I want those dots again! ».
Et tu dois dorénavant les créer…
Oui. J’ai expérimenté et je fais les picots à la main avec une glaçure par-dessus la glaçure initiale pour créer un effet plus graphique. Le picot, c’est maintenant la touche finale!

En tout cas, ça ressemble vraiment à des confettis et c’est vraiment mignon sur les bagels et les beignes.
Merci. J’essaie de plus en plus de tendre vers ça : fa- briquer des objets qui sont plus ludiques, étranges… Je ne veux pas faire uniquement des pots et des tasses, tu comprends?

Et parlant de trucs différents, tu as aussi créé, en 2007, le Vegan Secret Supper (souper végé- talien secret). J’ai lu un peu sur le concept, mais explique-moi comment ces soirées se déroulent.
Ça a lieu une fois par mois, chez moi. Je cuisine tout dans ma cuisine, avec des produits locaux. Pour en- viron vingt personnes. C’est une façon de partager la passion de la cuisine végétalienne, ou même de la dé- couvrir. D’ailleurs, la plupart de mes clients ne sont pas végétaliens, en passant! J’ai commencé à faire ces soupers à Vancouver, j’ai ensuite continué à en faire à New York et maintenant, Montréal. En entrant chez moi à New York, les gens voyaient comment c’était petit et semblaient dire « Oh, I’m really in a house! ». C’est à ce moment-là, je crois, qu’ils prenaient réelle- ment conscience du côté « privé » de la chose…

C’est pour ça le « Secret » dans VSS?
Maintenant n’importe qui peut s’inscrire sur mon site. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a dix ans, le végéta- lisme n’était pas connu du tout. Ça a donc longtemps été une affaire de bouche à oreille… J’ai rencontré des personnes extraordinaires lors de ces soupers, d’ail- leurs, des personnes que je n’aurais jamais pu rencon- trer autrement.

J’ai vu des images de la présentation de tes plats (superbes!), mais je n’ai pas encore eu la chance de goûter à ta cuisine. Comment la décris-tu?
J’aime cuisiner avec les produits de saison et je n’uti- lise jamais le soya. Je n’aime pas forcer les choses. Le fake vegan, par exemple, s’efforcer que quelque chose goûte à quelque chose qu’on connaît, je ne fais pas ça!

Comme le « fauxmage » ?
En fait, je fais un excellent fromage de noix de cajou. Mais je parle plutôt de trucs comme la fausse viande, par exemple. Ça ne m’intéresse pas. Si ça arrive, c’est un hasard. L’autre fois, j’ai fait du chou-fleur pané et un peu « smokey », et mon ami m’a dit que ça goûtait le poisson! Une autre fois, j’ai fait une tarte Tatin avec des patates douces et quelqu’un a lancé : « Woah! C’est exactement comme du saumon fumé! » Mais je n’ai jamais mangé de saumon fumé…

Ha! Ha! Ha! Dis-moi, Mérida, es-tu dans le même état d’esprit quand tu crées des plats que lorsque tu travailles avec la porcelaine?
Exactement dans le même état. Ça me prend beau- coup de concentration. Si je me fâche, ça ne fonc- tionne juste pas. Je suis généralement très calme, par contre. L’autre fois, tout le monde était dans la cui- sine, j’avais toute la nourriture à gérer moi-même, et la porte du frigo, défectueuse, est carrément tombée dans ma main. Tous les plats se sont mis à tomber par terre, un à un, au ralenti…

OMG!
Oui. La dame à côté de moi regardait la scène… « Mon Dieu! Je ne comprends pas comment tu fais pour rester aussi calme! »

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Dernière question : écoutes- tu de la musique en travaillant dans ton atelier?
Non, j’écoute des podcasts. J’aime bien Heavy Weight. Sinon, juste plein d’histoires de gens ordinaires.

Dans la catégorie « Plus on a de cordes à son arc, plus… » (à vous de compléter ce nouveau proverbe) : voici les trois talents que Mérida aimerait développer au fil des ans :
Le metalsmith (travailler le métal comme les forge- rons), le verre soufflé et la fabrication de meubles.

 

Parce qu’il faut bien avoir du fun :
3 questions-quickie-confetti limite pertinentes pour Mérida Anderson :
1 . Clan Bagel Fairmount ou Bagel Saint-Viateur? Saint-Viateur pour celui au sésame, Fairmount pour
le tout garni!
2 . Y a-t-il quelque chose que tu ne fais pas dans la vie?
Des biscuits! Je te jure! Mes biscuits ne sont jamais réussis!
3 . Pour ou contre lancer des confettis sur les nou- veaux mariés à un mariage?
Hein? Quoi? Je ne suis même pas POUR le mariage!

Laisser un commentaire