Cours, émeu, cours!

Partager

dinette_emeus-27

J’ai essayé de faire un jeu de mots avec émeu et le verbe émouvoir pour mon titre, mais j’en suis arrivé à la conclusion que la simplicité a meilleur goût et qu’un oiseau capable de courir jusqu’à 55 km/heure méritait bien un clin d’œil à Forrest Gump. Je trouve aussi que l’émeu est capable de faire des faces aussi drôles que Tom Hanks, mais ça, c’est une autre histoire. Il faudra vous rendre au Centre de l’émeu de Charlevoix pour voir ça live!

Dans la catégorie « Potin de chalet », quand Lucas et moi avons dit à Catherine Ethier que nous partions visiter une ferme d’élevage d’émeus dans le pittoresque village de Saint-Urbain, elle nous a fait la demande d’en chevaucher un pour elle. Oui oui, bien sérieuse, s’imaginant déjà dans les cieux roses infinis de l’Océanie.

Que tous les pelleteux de nuages soient avertis : même si l’émeu est le deuxième plus gros oiseau du monde après l’autruche, il est trop sauvage pour qu’on l’enfourche et sa physionomie l’empêche de voler. Pire : il est incapable de reculer, ce qui m’a fait beaucoup rire. Alors si, dans la luxuriante région de Charlevoix, un émeu devait faire face à un ours, croyez-moi, il faudrait qu’il coure en tabarnak! Ou qu’il lui donne un coup de patte, « le même effet qu’un coup de couteau », nous a-t-on prévenus. L’émeu : un ratite fascinant…

Ratite : Oiseau coureur dont le sternum est dépourvu de bréchet.
Bréchet : T’sé, l’os en forme de « Y » avec lequel on fait un vœu?

De l’Australie à Saint-Urbain
Le Centre de l’émeu de Charlevoix est une des plus importantes fermes d’émeus au Canada. Quand le ratite est arrivé au Québec en 1989, un bon nombre de producteurs ont voulu le prendre sous leurs ailes (héhéhé) et ont acheté des cheptels, mais peu d’entre eux ont réussi à avoir un retour sur la production des œufs. Il faut dire que la majorité de ces producteurs était ce qu’on appelle des gentlemen-farmers, des fermiers à temps partiel. La mise en marché de
l’émeu n’étant pas facile, il fallait y consacrer plus de temps. Sans oublier que l’animal donne peu de viande au final, ce qui a été une déception pour plusieurs…

Véritable passionnée, Raymonde Tremblay a fait le choix de se consacrer à l’émeu en 1997 et a, au fil des ans, développé une expertise lui permettant de bien comprendre toutes les étapes d’une production intégrée : la reproduction, l’incubation, la poussinière et l’engraissement, en plus de la transformation et de la mise en marché. « Nous faisons toute la production agricole ici, sur la ferme familiale des Tremblay! », rappelle celle qui, dans une autre vie, était diététiste. Et la petite équipe d’employés le répétera : pas d’hormones de croissance, pas d’antibiotiques, pas de farines animales. Il s’agit donc de production intégrée naturelle.

dinette_emeus-21

dinette_emeus-9

Kossé ça goûte?
Quelque chose entre le bœuf et le canard. La chair est rouge, douce au goût et extra-maigre (de 2 à 4,7 % de gras). Elle est, bien sûr, une source de protéines, mais elle contient aussi du fer, du potassium, du zinc et de la vitamine B12. La façon royale de la manger, selon Raymonde : en tartare ou en carpaccio. Et au grand bonheur de la propriétaire du Centre, quelques restaurants de Baie-Saint-Paul l’offrent maintenant sur leur menu. Je vous dis ceci à l’oreille comme ça, comme au jeu du téléphone : on nous a soufflé que le tartare d’émeu du Manoir Richelieu est plus que pas pire pantoute. Je ne sais pas comment « plus que pas pire pantoute » va sonner au bout de la chaîne, mais bon, au pire ça vous amènera ici, à Charlevoix, et vous en goûterez partout.

dinette_emeus-18

dinette_emeus-11

Ma bosse est plus grosse que la tienne
Crêpes farcies à l’émeu, terrine d’émeu au poivre rose, mousse de foie d’émeu au porto, cubes à brochettes, sauce à spaghetti bolognaise à l’émeu… L’oiseau exotique a beau donner peu de viande, on se rend compte à quel point Raymonde et sa gang font preuve de créativité devant les produits dérivés vendus à la boutique.

« Mais la plus belle découverte au sujet de l’émeu, explique Raymonde, c’est son huile, qui se trouve dans la bosse qu’il a sur le dos. » D’instinct, il y a plus de 1000 ans, les aborigènes d’Australie l’étendaient sur leurs blessures ou tout simplement pour se protéger du soleil. Les études scientifiques le démontrent aujourd’hui : l’huile d’émeu pure est non seulement hydratante, mais elle aide également à régénérer, cicatriser et atténuer les douleurs. Dans la poche de l’émeu, Raymonde a donc trouvé son joyau (oh que l’envie est forte d’écrire bijou de famille!) et, huit ans de recherche en laboratoire plus tard, elle peut désormais ajouter dans son CV qu’elle détient sa propre gamme de soins naturels pour le visage et le corps, tous à base d’huile d’émeu issue de la ferme. Un petit traitement exfoliant, monsieur Hanks?

dinette_emeus-13

En observant les émeus jumelés aux stations de reproduction, je me suis demandé : ces êtres spéciaux sont-ils ouverts à l’échangisme? Sachez que, dans le merveilleux monde des émeus, c’est la femelle qui choisit son mec, et les deux restent fidèles l’un à l’autre le temps de la reproduction. Par contre, s’il s’avérait que ce soit un mauvais « match », Raymonde pourrait décider de faire un « rematch ». Coudonc, on est-tu en train de pondre un concept de télé-réalité, nous là ? Et qu’on se le tienne pour dit : si un touriste essaie de faire son smatteau Centre de l’émeu en te pointant le mâle, et en disant « Checkla femelle, juste là, tu la vois? », tu es en train de te faire fourrer raide! Il n’y a absolument aucune distinction physique entre le mâle et la femelle (seulement à l’interne), seuls leurs cris dévoilent leur sexe. Les mâles grondent et les femelles pavoisent à grands bruits de tambour!

dinette_emeus-19

Texte: Melissa Maya Falkenberg
Photos: Lucas Harrison Rupnik

Laisser un commentaire