Bouffe en gang chez Les fillettes

Partager

BouffeMag01 (28 of 68) - 2400x1600

texte: Hélène Mallette
photos: Jean-Michael Séminaro

Un verre à la main, la musique dans le tapis, l’équipe de Dînette s’est retrouvée dans l’ambiance d’une grande fête avec une bande de chefs et amis de longue date, oeuvrant tous dans le milieu de la restauration, pour un souper digne des rois.

Jean-Sébastien Thomas, chef et copropriétaire du traiteur et food truck Pas d’cochon dans mon salon, a gracieusement tenu la « réception » dans son propre restaurant, Les fillettes, sur la rue Van Horne à Montréal, alors que celui-ci était fermé pour la journée. L’équipe de chefs était composée de Jean-Sébastien, bien évidemment, de Maxime Gagné, enseignant à l’École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal, ainsi que de Rémy Couture, propriétaire de la fameuse pâtisserie Crémy et du food truck Crémy mobile. Sans oublier Marie-Ève Collin, notre chef de Dînette qui a merveilleusement orchestré cette mémorable journée : « On a souvent fait des soupers comme ça, où on fait juste acheter plein de trucs et après on « brainstorme » sur ce qu’on va faire avec nos trouvailles. On prépare tout ça ensemble, c’est très festif ! Je suis contente de faire un de ces soupers là aujourd’hui, ça faisait longtemps qu’on avait fait ça! »

BouffeMag01 (43 of 68) (FILEminimizer)

Le marché
Nous nous sommes tous rencontrés au marché Jean-Talon par un dimanche matin achalandé où régnait déjà une ambiance de fête, où erraient les magasiniers d’étal en étal pour découvrir les toutes dernières merveilles que dame nature avait à proposer. Les chefs se sont rapidement affairés à rassembler les ingrédients dont ils auraient besoin pour le souper en gang. La besogne semblait laborieuse malgré le nombre de têtes impliquées… Rémy nous a avertis en riant : « Ça va être long, on vient de lâcher une gang de chefs en congé qui tripent sur la bouffe dans le paradis des produits frais… on vient de les perdre! » Ils ont toutefois réussi à conserver un certain objectif puisqu’ils sont revenus avec des victuailles toutes plus alléchantes les unes que les autres : des bleuets, des tomates Heirloom, du yogourt de brebis, du miel de châtaigner, des haricots romano rosés, des pêches blanches, des herbes…

BouffeMag01 (10 of 68) (FILEminimizer)

La préparation
De retour au resto, les chefs se sont préparé un Apérol spritz, un cocktail typiquement italien parfumé à l’orange et ont littéralement mis la main à la pâte. Alors que Jean-Sébastien s’affairait à cuire des maïs et à dénoyauter ses pêches blanches, Maxime râpait du fromage et coupait ses tomates, Marie-Ève découpait la pieuvre en morceaux et Rémy préparait sa fameuse tarte aux bleuets.. Alors que tout le monde s’affairait, quelqu’un a mis de la musique et on pouvait entendre Light My Fire des Doors résonner partout dans le restaurant. C’était très à propos, étant donné les fourneaux qui réchauffaient la cuisine. Il régnait une ambiance de party chez Les fillettes, où les blagues venaient au pied cube, où les accolades, les rires et les anecdotes se perdaient dans la musique qui jouait fort. Côté playlist, tout y est passé : de Sublime à Dire Straits en passant par Oxmo Puccino. Les gars se racontaient des anecdotes, riaient plus, riaient fort. Ils se narguaient avec complicité, comme les vieux amis savent si bien le faire. À certains moments, on avait l’impression d’être dans le vestiaire d’une équipe de hockey de gamins. On appréciait le moment présent et c’est là qu’on a compris toute l’essence de la bouffe en gang. On a assisté à tout un spectacle et c’était vraiment un privilège de se retrouver à cet endroit, à ce moment-là.

BouffeMag01 (19 of 68) (FILEminimizer) BouffeMag01 (23 of 68) (FILEminimizer) BouffeMag01 (25 of 68) (FILEminimizer)

Le festin
À la fin de la longue journée de préparation, les copines et amis des chefs se sont joints au groupe pour déguster le repas, ou plutôt le festin, qui ornait la table : tarte fine aux tomates heirloom, fromage et saucisson, pieuvre grillée accompagnée de pêches blanches, longe de porc farcie à la viande de keftas (boulettes marocaines épicées) en croûte de pistaches avec légumes de saison. Sans oublier les délicieuses tartes aux bleuets de Rémy, servie avec de grosses cuillérées de yogourt de brebis, du miel de châtaignier et des feuilles de menthe sur le dessus.

Les invités spéciaux
Juste à temps pour le festin, deux autres amis proches de l’équipe du restaurant Les fillettes, eux aussi oeuvrant dans le monde de la restauration, se sont joints à la table des convives pour partager ce merveilleux moment : Marc- Alexandre Mercier (t-shirt gris) chef et copropriétaire du restaurant Hotel Herman et Maxim Vadnais (chemise blanche) du restaurant Leméac. Frédéric Ouellette (t-shirt noir), un des sommeliers du restaurant Les fillettes, a débouché de nombreuses bouteilles lors de la journée et a préparé des cocktails recherchés tel que son excellent mojito parfumé au sirop de violette. Quand est venue l’heure du souper, il a su jumeler tous les plats avec des vins qui rehaussaient encore plus les saveurs.

BouffeMag01 (60 of 68) (FILEminimizer) BouffeMag01 (62 of 68) (FILEminimizer) BouffeMag01 (63 of 68) (FILEminimizer) BouffeMag01 (64 of 68) (FILEminimizer) BouffeMag01 (68 of 68) (FILEminimizer)

Un bon moment
C’était vraiment rafraîchissant de voir des chefs assis à table, à apprécier un repas. D’habitude, on les voit toujours dans la cuisine, passionnés, à courir partout, à assaisonner ceci, à retourner cela. Là, ils étaient sereins, comblés, ils appréciaient, commentaient, échangeaient et décrivaient tous ces mets aux saveurs renversantes.

Laisser un commentaire