All posts by Éloise Côté

Mac N’ Cheese sur le feu

1 . Cuire les pâtes à l’eau bouillante salée jusqu’à ce qu’elles soient légèrement tendres et encore un peu croquantes au centre. Égoutter et laisser refroidir. (Les pâtes peuvent être cuites la veille sans problème.)
2 . Verser le lait, le mascarpone, la sauce piquante et la moutarde dans un chaudron et porter à frémissement à feu moyen. Ajouter les pâtes et remuer doucement jusqu’à ce qu’elles soient chaudes. Ajouter le reste des fromages et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit onctueuse.
3 . Ajouter le homard et réchauffer encore quelques minutes. Rectifier l’assaisonnement au besoin et poivrer généreusement. Servir aussitôt.

Ingrédients:
1 litre (4 tasses) de pâtes courtes au choix
2 conserves de 370 ml de lait évaporé
250 ml (1 tasse) de fromage Mascarpone Anco (Agropur)
Quelques gouttes de sauce piquante au goût
15 ml (1 c. à soupe) de moutarde de Dijon
375 ml (1 1⁄2 tasse) de fromage cheddar St-Guillaume doux râpé (Fromagerie St-Guillaume)
250 ml (1 tasse) de fromage Fontina fumé râpé (Fromagerie Saint-Benoît-du-Lac)
250 ml (1 tasse) de fromage Louis Cyr râpé (Fromagerie Bergeron)
500 ml (2 tasses) de homard cuit, décortiqué, en gros morceaux (facultatif)
Sel et poivre du moulin

L’ Empereur fondant, miel, thym, pain grillé

1 . Préchauffer le four à 190°C (375°F) ou faire un feu de bois et le laisser brûler jusqu’à obtention d’une belle braise légèrement rougeoyante.
2 . Déposer le fromage sur une feuille de papier parchemin préalablement déposée sur une feuille de papier aluminium. Ajouter le thym, refermer et déposer sur une plaque, puis enfourner. Pour cuire sur le feu, déposer directement sur la braise et recouvrir d’un peu de braise. Cuire 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce que le fromage soit bien fondant.
3 . Entre-temps, griller quelques tranches de pain.
4 . Lorsque le fromage est bien fondant, arroser de miel et
de gelée, poivrer. Servir aussitôt avec le pain grillé.

Ingrédients:
1 fromage L’Empereur (Fromagerie Fritz Kaiser)
3 branches de thym frais effeuillées grossièrement
30 ml (2 c. à soupe) de miel
45 ml (3 c. à soupe) de gelée de pomme
Poivre du moulin
Un beau pain boulanger tranché

Tartine de ricotta et fruits de saison

1. Rôtir les tranches de pain au grille-pain ou sur le gril, beurrer (si désiré), puis tartiner généreusement de ricotta et garnir de fruits. Arroser de miel et saupoudrer de pistaches et d’une pincée de fleur de sel. Garnir de pétales de fleurs (si désiré) et servir aussitôt.

Ingrédients:
Pain aux raisins ou autre beau pain au choix
Un peu de beurre (facultatif)
Ricotta
Fruits de saison bien mûrs
Miel
Quelques pistaches concassées
Fleur de sel
Pétales de fleurs comestibles (facultatif)

Salade de rattes grillées au miel, vinaigre de cidre, piment d’Espelette, pollen

1 . Cuire les pommes de terre dans une eau frémissante bien salée jusqu’à ce qu’elles soient tendres, mais encore fermes. Égoutter, puis laisser tiédir une quinzaine de minutes avant de les trancher en deux.
2 . Dans un petit bol, fouetter le miel avec l’huile d’olive, le piment d’Espelette et le vinaigre. Assaisonner et réserver.
3. Mélanger le yogourt et la moutarde, assaisonner et réserver.
4 . Préchauffer le BBQ à puissance moyenne élevée. Huiler la grille.
5 . Badigeonner les pommes de terre et les oignons verts d’huile d’olive, assaisonner et griller 2 à 3 minutes de chaque côté jusqu’à ce que les légumes soient bien grillés.
6 . Déposer la laitue niçoise et les légumes dans un plat de service. Arroser de vinaigrette, saupoudrer de pollen et de fleur de sel. Poivrer généreusement et y déposer quelques cuillérées de yogourt à la moutarde.

Ingrédients:
750 ml (3 tasses) de pommes de terre rattes
30 ml (2 c. à soupe) de miel
65 ml (1⁄4 de tasse) d’huile d’olive et un peu pour griller les légumes
2,5 ml (1⁄2 c. à thé) ou au goût de piment d’Espelette
45 ml (3 c. à soupe) de vinaigre de cidre
125 ml (1⁄2 tasse) de yogourt grec nature
30 ml (2 c. à soupe) de moutarde de Meaux
1 paquet d’oignons verts nettoyés
2 bonnes poignées de laitue niçoise
30 ml (2 c. à soupe) de pollen
Fleur de sel
Sel et poivre du moulin

Pain naan à l’agneau, feta et yogourt au concombre

Préchauffer le four à 215°C (425°F).
1 . Préparer les boulettes d’agneau en mélangeant tous les ingrédients. Façonner en boulettes d’une grosseur d’environ une cuillère à soupe comble et déposer sur une plaque tapissée d’un papier parchemin. Enfourner une dizaine de minutes ou jusqu’à ce que les boulettes soient cuites jusqu’au centre.
2 . Pendant la cuisson des boulettes, mélanger tous les ingrédients du yogourt au concombre. Assaisonner au goût et réserver.
3 . Chauffer les pains naan quelques minutes au four, puis tartiner de yogourt. Ajouter les boulettes, puis garnir de concombre, d’oignon rouge, de feta et d’herbes. Poivrer et servir aussitôt.

Ingrédients:
Boulettes d’agneau
454 g (1 lb) d’agneau haché
85 ml (1/3 de tasse) d’oignons hachés finement
1 gousse d’ail hachée
125 ml (1⁄2 tasse) de couscous nature cuit
45 ml (3 c. à soupe) de yogourt grec nature
15 ml (1 c. à soupe) d’huile d’olive
10 ml (2 c. à thé) de garam masala
10 ml (2 c. à thé) de gingembre frais râpé
10 ml (2 c. à thé) de harissa ou autre pâte de piment
5 ml (1 c. à thé) de sel

Yogourt au concombre
250 ml (1 tasse) de yogourt grec nature
85 ml (1/3 de tasse) de concombre anglais haché avec la pelure
1 petite gousse d’ail hachée
10 ml (2 c. à thé) de jus de citron frais

8 petits pains naan
Quelques lamelles de concombre libanais
Quelques lamelles d’oignon rouge
125 ml (1⁄2 tasse) de feta émietté
Quelques branches de menthe fraîche effeuillées
Quelques branches de persil plat effeuillées
Sel et poivre du moulin

Petit burger de porc épicé, coriandre et avocat

1 . Préparer les galettes en mélangeant tous les ingrédients. Former 12 petites galettes et réserver au frigo.
2 . Mélanger la mayonnaise, la sriracha et le sambal oelek. Réserver au frigo.
3 . Préchauffer le BBQ ou une poêle striée à feu moyen-élevé. Huiler la grille.
4 . Griller les galettes 2 à 3 minutes de chaque côté ou jusqu’à ce que la viande soit cuite.
5 . Griller les pains, puis tartiner un côté de mayonnaise épicée et l’autre de sauce hoisin. Y déposer les boulettes, puis garnir d’avocat et de verdure avant de refermer et servir.

Ingrédients:
Galettes
454 g (1 lb) de porc haché
85 ml (1/3 de tasse) d’oignon vert émincé finement
1 gousse d’ail hachée
15 ml (1 c. à soupe) de coriandre moulue
65 ml (1⁄4 de tasse) de coriandre fraîche hachée
15 ml (1 c. à soupe) de sambal oelek
Zestes d’une demi-lime
30 ml (2 c. à soupe) de jus de lime frais
125 ml (1⁄2 tasse) de chapelure panko
5 ml (1 c. à thé) de sel

Mayonnaise épicée
125 ml (1⁄2 tasse) de mayonnaise
10 ml (2 c. à thé) de sauce sriracha
5 à 10 ml (1 à 2 c. à thé) de sambal oelek
12 petits pains à burger
85 ml (1/3 tasse) de sauce hoisin
2 avocats mûrs en tranches
Quelques poignées d’une belle verdure
Sel et poivre du moulin

Entre ciels et terres

Ce n’est pas la première fois que l’on s’aventure en Islande, ni même la seconde, pourtant, l’excitation de retrouver ce pays qui a vu naître notre passion commune pour la photographie était grande, pleine de promesses. Ce voyage grandissait dans nos esprits depuis de longs mois déjà. Les conditions extrêmes, la lumière rasante des courtes journées, le rêve ultime de pouvoir observer pour la première fois les aurores boréales durant les longues nuits, la violence des éléments. C’est empreint de cet imaginaire que l’on se fait du Nord que nous avons, pendant 15 jours, suivi la route 1 — accrochés à l’hiver, stoppés par les tempêtes, illuminés par les nuits vertes, aveuglés par le blizzard et poussés par les vents — pour aller au bout du monde.

Le vrai défi de ce voyage, c’était de composer avec la météo, les routes qui s’ouvrent et se ferment, les nuits sans sommeil à attendre les aurores, les tempêtes qui ne préviennent pas. Très vite, l’itinéraire que l’on avait imaginé s’est fait balayer par l’hiver pour laisser place à une progression au jour le jour, quelque chose de beaucoup plus instinctif. Il y a ici cette notion d’évaluer les risques, de tâter le terrain, de surveiller les prévisions — Passera? Ou ne passera pas? — avec pour seul et même but d’avancer.

D’abord le sud, ses chutes et ses glaciers. Les fjords de l’Est, isolés. Mývatn et la géothermie. Nous progressons dans le sens inverse des aiguilles d’une montre sur l’île, mais il fallait faire un détour, étirer le voyage et rouler à s’en brûler les yeux pour voir se dessiner, pas à pas, l’endroit où tout a commencé. Voilà déjà plusieurs jours que nos journées sont rythmées par la neige et nos nuits ponctuées d’aurores boréales. Jusqu’ici, nous nous sommes frayé un chemin, souvent agrippés à la route, avec une visibilité malmenée par le blizzard.

« Lokað vegur » — « route fermée ». Aux portes des fjords de l’Ouest, la tempête sévit sur le tronçon de la route 61 qui traverse le col Steingríms- fjarðarheiði. À mesure que le temps passe, les naufragés de la route s’agglutinent dans la petite salle de la station-service d’Holmavik — village qui, par bien des aspects, a des airs de bout du monde, mêlant un côté simple, austère et dramatique à la fois. Il y a ceux qui rebroussent chemin, et ceux qui s’accrochent à l’espoir que la route rouvre. Parce que les fjords de l’Ouest en hiver, ça se mérite.

Entre terre ferme et vent enragé surgissent les spectaculaires fjords de l’Ouest, montagnes qui laissent entrer un bout d’océan. Dans le ciel, d’épais nuages dansent autour des pics vertigineux. Il est à peine midi et pourtant, le soleil est déjà presque absent. Ce demi-jour, particulier aux pays nordiques, plane dans les airs et laisse s’égarer une aura énigmatique. Le vent souffle, la noirceur du ciel est reflétée par l’eau et les vagues viennent s’écraser à nos pieds. L’endroit ne s’était encore jamais exprimé, à nos yeux, si beau et si dramatique.

Chaque côte, chaque falaise livre une nouvelle perspective de ce paysage déchiré et complexe. Au loin s’avance dans les eaux sombres le Kirkjufell, pic volcanique abrasé par les glaciers. La nuit venue, nous revenons au pied de la montagne, à la fois perplexes et bouillonnants à l’idée de voir quelque chose ce soir.

Une épaisse couche de nuages s’est installée tout autour du volcan et laisse entrevoir au loin un ciel coloré de vert. C’est sûr, elles ne sont pas loin! Un changement dans l’air est perceptible. Les fortes rafales de vent transportent le froid mordant, un son sourd se répand et soudain, la neige. Il ne faut pas longtemps pour qu’elle recouvre notre voiture, et anéantisse l’espoir de pouvoir observer l’aurore qui se jouait au loin. Après avoir balayé l’ouest, la tempête qui s’abattait sur nous depuis une trentaine de minutes s’est enfin essoufflée, et à travers un amas de nuages en mouvement commence l’un des spectacles les plus imprévisibles qui soient.

Au bout de la nuit, au creux de l’obscurité, quand même l’océan devient silencieux et que tout le monde dort, elle apparaît. On ressent une certaine poussée d’adrénaline à observer ce phénomène insaisissable et en perpétuelle mouvance. Cette impression qu’à tout moment, elle peut danser ici, juste à côté et la minute suivante, s’évanouir aussi vite qu’elle est apparue.

De grands arcs fluorescents ondulent au-dessus de nos têtes. Très vite, le phénomène s’intensifie et illumine tout le ciel. « Wouah, j’sais même plus vers où pointer l’appareil. C’est FOU. » D’un côté, une traînée dont il est quasiment impossible d’en déterminer le début et la fin déchire le ciel en deux. De l’autre, le Kirkjufell encore couronné de nuages est encerclé par les aurores qui flottent comme en apesanteur tout autour de lui. Vision surréaliste et puissante qui, en ces courts instants, marque nos esprits.

Les formes se font et se défont comme si le vent faisait voler un morceau de tissu. Dès lors, libre à chacun d’imaginer ce qu’il veut, une silhouette, un animal, un esprit. Rares sont les fois où, durant ce voyage, j’ai pu observer une aurore aussi distinctement, au point d’en étudier ses mouvements, ses formes et ses lumières.

Il y a quelque chose de fou dans ce pays. C’est soit beau, soit surprenant. Tu peux te promener partout et te retrouver seul avec le son du silence, le monde à tes pieds.



Texte et photos : Un Cercle, @uncercle
Pauline Barré et Mickael Samama

Ganache glacée au chocolat blanc, tofu soyeux, cardamome, crumble pacane et cacao

1 . Au bain-marie, faire fondre le chocolat et laisser tempérer un peu.
2 . Dans le bol du robot culinaire, pulser le tofu, ajouter le chocolat et la cardamome. Mélanger jusqu’à obtention d’une texture bien lisse. Transférer dans un bol, couvrir et mettre au congélateur pour 3 heures, minimum.
3 . Préchauffer le four à 190°C (375°F).
4 . Préparer le crumble en pulsant tous les ingrédients au robot jusqu’à obtention d’une texture de chapelure grossière. Étaler en émiettant avec les mains sur une plaque tapissée d’un papier parchemin et enfourner 20 à 25 minutes. Refroidir complètement.
5 . Déposer quelques cuillères de ganache glacée au fond d’un bol et saupoudrer généreusement de crumble. On peut également ajouter quelques fruits frais comme des framboises ou de la mangue.

Ingrédients:
Ganache
250 ml (1 tasse) de pastilles de chocolat blanc
1 pqt de 300 g (10 oz) de tofu soyeux égoutté et tempéré
2,5 ml (1⁄2 c. à thé) de cardamome moulue

Crumble
125 ml (1⁄2 tasse) de farine
65 ml (1⁄4 de tasse) de beurre salé froid en cubes
65 ml (1⁄4 de tasse) de sucre
85 ml (1/3 de tasse) de pacanes
45 ml (3 c. à soupe) de cacao
15 ml (1 c. à soupe) de jus de citron frais

Salade de rubans de courgette, noisette, menthe, écorce de citron, feta

1 . Préparer la vinaigrette en fouettant les huiles et le citron. Assaisonner et réserver.
2 . Dans un bol, mélanger délicatement les rubans de courgettes, les fèves edamame, la mâche, le cresson et la menthe. Ajouter la moitié de la vinaigrette, remuer et assaisonner.
3 . Dresser dans un plat de service et garnir de feta, de noisettes et de poivre. Ajouter de la vinaigrette au goût et servir.

Ingrédients:
Vinaigrette
65 ml (1⁄4 de tasse) d’huile de pépins de raisin Maison Orphée
15 ml (1 c. à soupe) d’huile de noisette Maison Orphée
Jus et zestes d’un demi-citron

2 courgettes moyennes en fins rubans (à la mandoline)
125 ml (1⁄2 tasse) de fèves edamame écossées, surgelées et décongelées
500 ml (2 tasses) de mâche
250 ml (1 tasse) de cresson
65 ml (1⁄4 de tasse) de menthe fraîche émincée grossièrement
85 ml (1/3 de tasse) de feta
45 ml (3 c. à soupe) de noisettes rôties concassées
Sel et poivre du moulin

Caviar d’aubergine, tahini, ail rôti, sumac

Préchauffer le four à 190°C (375°F).
1 . Trancher les aubergines en demis sur la longueur et déposer sur une plaque tapissée d’un papier parchemin. Arroser avec 65 ml (1⁄4 de tasse) d’huile d’olive et assaisonner.
2 . Couper la partie supérieure de la tête d’ail puis l’emballer dans un papier aluminium. Déposer sur la plaque avec les aubergines. Enfourner environ 1 h 15 ou jusqu’à ce que les aubergines soient très tendres. Retourner à mi-cuisson.
3 . Déposer les aubergines dans un grand bol et couvrir hermétiquement d’une pellicule plastique. Laisser reposer 20 minutes.
4 . Retirer la peau des aubergines et déposer la chair dans un bol. Ajouter l’ail en pressant la tête pour en faire ressortir une purée. Ajouter le tahini, le jus de citron et le piment. Assaisonner et écraser à la fourchette jusqu’à ce que le mélange soit partiellement homogène. Rectifier l’assaisonnement au besoin.
5 . Déposer dans un bol de service, arroser avec 45 ml (3 c. à soupe) d’huile d’olive et la mélasse de grenade. Saupoudrer de sumac et de zaatar.

Note: Servir simplement avec des pitas, des crudités et des olives pour l’apéro ou utiliser pour remplacer la mayonnaise dans un sandwich ou même en garniture avec un poisson. Les utilisations du caviar d’aubergine sont infinies!

Ingrédients:
2 aubergines moyennes
65 ml (1⁄4 de tasse) d’huile d’olive (pour la cuisson des aubergines)
1 tête d’ail
30 ml (2 c. à soupe) de tahini
Jus d’un demi-citron
1 bonne pincée de piment broyé
45 ml (3 c. à soupe) d’huile d’olive (pour la finition)
15 à 30 ml (1 à 2 c. à soupe) de mélasse de grenade
10 ml (2 c. à thé) de sumac
10 ml (2 c. à thé) de zaatar
Sel et poivre du moulin