Arthurs Nosh Bar

Partager

1-fileminimizer

Saviez-vous qu’une escapade dans la Big Apple peut revenir au prix d’un billet de métro à destination de Place Saint-Henri? C’est en effet sur un tronçon de la rue Notre-Dame Ouest en pleine ébullition culinaire que se trouve le Arthurs Nosh Bar, l’établissement qu’on comparait à l’institution new-yorkaise Russ & Daughters à son ouverture en juin dernier.

Il suffit de trouver la façade blanche ainsi que son néon rouge, entre les rues Thérien et Delinelle, et d’en franchir le seuil. Le mandat du Arthurs, inspiré du dynamisme du milieu new-yorkais, est d’offrir ou de faire découvrir des classiques de la cuisine juive traditionnelle tout en leur donnant un coup de jeune et de raffinement.

Cette intention de faire cohabiter la tradition et la nouveauté est perceptible dès le premier abord. D’une part, le décor est résolument rétro. Des abat-jour aux larges bancs de cuir caramel, de la mosaïque au sol aux photos noir et blanc ornant les murs, l’impact visuel est nostalgique d’une autre époque. Un impressionnant étalage de bois vert se détache du blanc prédominant et met plusieurs produits en valeur. Sans oublier le coin confiserie, les bocaux remplis de dragées colorées et les cloches où s’empilent d’alléchants babkas et biscuits glacés.

7-fileminimizer

D’autre part, l’ambiance est actuelle et urbaine, ce qui offre un contraste intéressant avec l’esthétique des lieux. Au moment de la visite de Dînette, la faune sur place est plutôt jeune et bien lookée. L’expérience se fait sur fond de rap et hip-hop des années 90. Des cuisiniers s’affairent au bar sous les yeux des clients sur les beats de Nate Dogg, Eazy-E et Wu-Tang clan.

Arthurs se veut un espace accueillant et intergénérationnel avec un petit quelque chose pour plaire à tous. Après tout, l’établissement a été nommé à la mémoire du père de Raegan Steinberg, propriétaire du Nosh Bar avec son mari, Alex Cohen. L’ambition est d’en faire une adresse incontournable du quartier qui suscitera l’engouement à long terme.

3-fileminimizer

À l’image de ses créateurs, le menu du Arthurs offre une fusion de plusieurs traditions, notamment la cuisine juive, marocaine et de l’Europe de l’Est. Des options sont offertes pour le déjeuner (en semaine), le brunch (le week-end) et le lunch. Les pancakes au fromage cottage (syrniki) sont un délice, moelleux et légèrement salés; on en redemanderait volontiers! L’arôme délicat du gravlax de truite est rehaussé par les saveurs sucrées et acidulées de la betterave et de la pomme. Le fumet de la matzo ball soup est invitant et le dumpling se marie bien au bouillon. Les pierogis sont dorés et fondants et se dégustent tartinés de crème sure et de purée de dattes. Le schnitzel du sandwich Mc Arthur’s est tendre et juteux et le pain challah, généreusement tranché et beurré.

2-fileminimizer

Et puis qui sait, si l’on en croit la rumeur, on pourrait même avoir éventuellement droit à du smoked meat maison sans nitrite. Bref, tout un tas de bonnes raisons d’aller faire un tour au Arthurs and get your nosh on!

///

Texte et photos : Geneviève Beauregard-Paultre

 

Laisser un commentaire